Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation Du Blog تعريف بالمدونة

  • : El Ancer.DZ العنصر جيجل
  • El Ancer.DZ  العنصر جيجل
  • : هده المدونة هي وسيلة تعريف بمنطقة العنصروقبائلها,وهي اداة تعارف و تواصل بين ابنائها القاطنين, اوالمنحدرين منها اينما وجدوا في ربوع هدا الوطن اوخارجه. Ce Blog est une fenetre sur la REGION D'EL ANCER et ses tribus,il est aussi un lien de connaissance et d'amitié entre tous les gens originaires de cette belle region.
  • Contact

SONDAGE pour confreres

Recherche

Articles Récents مواضيع المدونة الحديثة

  • تعالوا نتعلم كيف نقرأ التاريخ ؟؟
    مقال مهم : تعالوا نتعلم كيف نقرأ التاريخ ؟؟ د. محمد موسى الشريف الحمد لله رب العالمين، والصلاة والسلام على سيدنا محمد وآله وصحبه أجمعين، وبعد.. فمن المعلوم أن: - التاريخ هو تراث الأمة وكنزها. - وهو مقياس عظمتها في بابي الحضارة والثقافة. - وهو ديوانها...
  • اسماء جميلة لجداتنا تركتها بناتنا
    هده اسماء جميلة دات معاني اصيلة حملتها جداتنا في منطقة العنصر، و لكن بناتنا تركتها الى اسماء غريبة بدون معاني . اسماء الجدات الجميلة. شميسة الضاوية سعدة للوشة تركية وناسة علجية الهاينة نوارة دهبية فايزة يمونة الظريفة ام السعد عواشة غزالة طيوشة الطاوس...
  • L’IGNOBLE GENOCIDE D’EL AARCH DE BENI OUDJEHANE
    L’IGNOBLE GENOCIDE D’EL AARCH DE BENI OUDJEHANE PERPETRE PAR LES SANGUINAIRES BIGEARD ET MAURICE PAPON IGNORE PAR LES SIENS A L’INDEPENDANCE LETTRE OUVERTE A SON EXCELLENCE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Monsieur le Président J’ai l’honneur de vous écrire...
  • عيد مبارك للجميع
    كل عام و أنتم بخير
  • معركة الركابة البطولية ببني عيشة (سنة 1851) في داكرة سكان بلدية بوراوي بلهادف
    أقدمت جمعية الأمجاد للتاريخ و التراث لولاية جيجل و بالتنسيق مع المجلس الشعبي البلدي لبلدية بوراوي بلهادف على احياء الدكرى الخامسة و الستين بعد المائة و تنظيم ندوة تناولت معركة الركابة في قبيلة بني عيشة التي تصدى الأهالي فيها لحملة الجنرال دو سانت آرنو...
  • Mémoire du massacre d'Oudjehane en Algérie( 1956), retrouvailles des criminels à Marcillac (Gironde) 2016
    Les anciens soldats français de la 4eme Bcp( Les criminels qui ont commit le massacre de Beni Oudjehane, Algerie 1956 ) se préparent à des retrouvailles qu'ils ont l'habitude de féter chaque année dans une des communes française, et cela depuis 1996 ,...
  • Hommage a l'historienne Claire Mauss Copeaux
    Madame Vous etes venue chercher la verité enfui dans ce mechta oublié sous les ruines de ses maisons effendrés, dans les memoires de ses gens traumatisés, dans les blessures de ses hommes et femmes . Tout ça avec le courage d'une femme armée de sa sérénité...
  • A nos frères Aouatis de Chambery , petit bonjour
    Des Aouatis à ......Chambery Chambery, cette petite ville charmante, avec son calme , sa douceur, son charme , sa beauté; abritait depuis les années cinquante du siècle dernier une très importante communauté Arabe. Dans cette communauté Arabe, en trouve...
  • ادعاءات السيد بريلا ب.حول مجزرة بني وجهان سنة 1956
    لم يتوقف السيد بريلا( برلات) ب. عن الادعاء بأن المؤرخة كلار موس كوبو أوعزت سبب مجزرة بني وجهان الاستعمارية و التي تناولتها في كتابها (1) الي محاولة الاعتداء على فتاة من قبل عسكري و ان المؤرخة لم تقل الحقيقة عن سبب المجزرة ثم دعاني انا السيد نور الدي عمل...
  • Réponses de M .Nour aux commentaires de M .Brella B. sur le massacre de Beni Oudjehane
    Réponses de M .Nour aux commentaires de M .Brella B. sur le massacre de Beni Oudjehane brella • 09-25-2015 09:38 • La sortie du livre LA SOURCE Memoires d'un massacre Oudjehane 11 mai 1956 Voici le premier commentaire de M Brella ; monsieur nour, avez...

Texte Libre

مواضيع المدونة Articles Du Blog

Texte Libre

Texte Libre

10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 15:56

Repost 0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 21:42

OUED ADJOUL Baladia

OUED AJOUL

 

 

 

 

OUED ADJOUL Aidem

OUED AJOUL Aidem

 

 

 

 

OUED ADJOUL Ouled Aissa

BENI BELAID Ouled aissa

 

 

 

 

OUED ADJOUL Demna Plage


Repost 0
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 20:52

Lac de Beni Belaid


Zone humide

Lac de Beni Belaid

Réserve Naturelle

Coordonnées géographiques et localisation générale : Latitude 36 53’ 28” N Longitude 6 5’ 6” E Altitude : 2 à 3 mètres Superficie : 600 hectares

Le site se situe dans la partie Nord-Est de l’Algérie, dans la commune de Oued Adjoul, Daïra d’El Ancer, à quelques 32 Kilomètres du chef lieu de la wilaya de Jijel, dans le prolongement de la vaste plaine agricole de Belghimouz, à l’Est de l’embouchure de l’Oued El Kebir. Il est limité au Nord par la mer Méditerranée, au Sud par des terrains agricoles et à l’Ouest par l’embouchure de l’Oued El Kebir, enfin l’accès au site se fait par la route nationale N 43.

Descriptif :

Le site est constitué d’un plan d’eau libre d’une superficie de 10 hectares, entouré d’une végétation lacustre composée de Tamarix, d’Aulne glutineux, de Fraxinus angustfolia, de phragmites et de typha, d’une peupleraie (Populus alba) âgée, au sein de laquelle coulent de nombreux ruisseaux avec un sous- bois constitué de Nerium oleander et de Rubus ulmifolius, d’un cordon dunaire séparant le lac de la mer, recouvert d’une végétation inféodée à l’écosystème dunaire, d’une zone inondable qui s’assèche entièrement en été, d’un espace agricole qui occupe une faible superficie lors de l’assèchement de la zone d’inondation, d’un oued et de son embouchure et, enfin d’une plage et d’une zone marine.

Type de zone humide : Marine I côtière : A.E.F. Continentale : M.O.Ts..Xf.

Critère de Ramsar : 1, 2 et 3

Critère qui caractérise le mieux le site : 2

Justification des critères :

Critère 1 : La zone humide de Béni-Bélaid est, de par sa situation en bordure de la mer Méditerranée, un site d’eau douce rare dans la région Est du pays, y compris dans le complexe d’El Kala, il est par conséquent à classer sous le critère 1 comme un site représentatif du sous secteur biogéographique de la petite Kabylie et de la région méditerranéenne.

Critère 2 :

La zone humide de Béni-Bélaïd abrite un nombre important de pèces végétales rares et d’origines biogéographiques diverses, espèces méditerranéennes, 15 espèces paléotempérées, 15 ces cosmopolites et 9 espèces tropicales. Parmi les espèces rare] Jussiena repens et Echinophora spinosa ne sont observées qu sur ce site test du Projet MedWet2.

Critère 3 :

L’entomofaune est représentée par des espèces rares telles qu Anaciaeshna isoceles, et Sympetrum sangineum et celles d’ai gine afrotropicale qui, en Algérie, forment de manière localisé des poches de faune relictuelle telles que Acisoma panorpoide] Diplacodes lefebvrii, Trithemis annulata, Hydrocyrius columbia Anisops sardea et Mesovelia vottigera. Pour ce qui est de l’ichl) ofaune, Pseudophoxinus callensis est un poisson endémique. L lac de Béni Bélaïd abrite, par ailleurs, une grande diversité biologique et une flore et une faune originales. A titre d’exemple :le loutre semble trouver refuge dans ce site.

Caractéristiques physiques :

Géologie :

La plaine de Béni-Bélaïd est située dans l’une de séries complexes de la zone côtière du secteur des massifs anc iens de la petite Kabylie, elle est délimitée par des chaînes mot tagneuses formées essentiellement de terrains métamorphique et recouvertes de lambeaux oligo-miocènes (argilo-gréseux) traversées par des roches éruptives datant du miocène. Ces mot tagnes d’âge jeune sont très accidentées, entaillées par des va] lées profondes à évolution morphologique très rapide. La plain elle même, se caractérise par des dépôts de charriages, d’allu ions d’argiles, de limons, de sable fin et grossier du quatel naire.

Hydrologie :

Le site constitue le prolongement de la plaine alle viale de Belghimouz. d’une superficie de 1800 hectares. drainéepar un réseau hydrographique caractérisé par une fréquence éle vée de confluences, des crues rapides et puissantes. La plaine favorise l’abondance des ressources en eau fluviale, le débit de l’Oued El Kebir, près du chef lieu de la Daïra d’El Anceur est de l’ordre de 390 Hm3, et à l’estuaire de 412 Hm3. Ce surplus, représente le débit de l’Oued Adjoul qui sillonne diagonalement la plaine dans sa partie Nord. Lors des crues de faible récurrence, il se produit des débordements et des inondations qui donnent lieu à la constitution de marécages persistants et temporaires comme ceux du Lac de Béni Bélaïd. Le phénomène d’hydromorphie ainsi provoqué empêche la culture des sols approximativement du mois de décembre jusqu’aux mois de mars avril. Le lac de Béni-Bélaïd est alimenté, par temps d’orage par les eaux de mer via l’estuaire de Oued El Kebir, par Oued Adjoul, ainsi que par les eaux de pluies et les résurgences de la nappe phréatique. Climat : Le site est sous l’influence directe de la mer Médterraflée, il est protégé par une chaîne montagneuse située en bordure d’une vallée élargie et ouverte uniquement du côté Nord. La zone à laquelle il appartient est caractérisée par un bioclimat méditerranéen humide à variante douce, très pluvieuse, elle recueille plus de 11.00 mm par an, avec une température moyenne annuelle de 18

Valeurs hydrologiques :

Le lac de Béni-Bélaïd, en période de faible pluviosité, assure l’alimentation des réserves en eaux souterraines, notamment celle de la nappe aquifere de Belghimouz. Il maîtrise les crues, en période de fortes pluviosités, et sert dans la rétention des eaux excédentaires de l’Oued Adjoul.

Caractéristiques écologiques :

Le site est constitué d’un plan d’eau libre d’une superficie de 10 hectares, entouré d’une végétation lacustre composée de Tamarix, d’Aulne glutineux, de Fraxinus angustfolia, de phragmites et de typha ; d’une peupleraie (Populus alba) âgée, au sein de laquelle coulent de nombreux ruisseaux avec un sous-bois onstitué de Nerium oleander et de Rubus ulmifolius, d’un cordon dunaire séparant le lac de la mer, recouvert d’une végétation inféodée à l’écosystème dunaire, d’une zone inondable qui s’assèche entièrement en été ; et, enfin, d’un espace agricole qui occupe une faible superficie entre le lac et la zone d’inondation. Le Lac de Béni-Bélaid est caractérisé par une mosaïque de groupements végétaux, les groupements de garâas (marais et/ou étang) et de dépressions. La végétation y est souvent organisée en ceintures ou en lignes parallèles ; trois ceintures peuvent être déterminées, les hydrophytes représentés par ceratophyllum, Myriophyllum, un peuplement de Nymphaea alba et Jussieuna repens ; les ampiphytes, représentés par Apium crassipes, des carex, des joncs et des iris et les hygrophytes, représentés par Lippia nodifora, Cotula coronopifolia. Les groupements de l’Oued Kebir, dominés par Typha angustifolia, suivi par Potamogeton pectinatus et Apium crassipes. Sur les rives, on rencontre Tamarix gallica qui est très abondant. Les groupements de ripisylves et d’aulnaies constitués d’un cortège d’espèces forestières dont la strate arborée est représentée par Ainus glutinosa. Le groupement de forêt hygrophyles composés princi-palement par Populus alba, suivi d’ Ulmus campestris de Fraxinus angustifolia et de Nerium oleander accompagné d’un nombre important de lianes Rubus ulm(folius, Hedera helix, et Cynanchum acutum non signalé à l’Est. Le groupement de prairies humides, sous forme de grandes clairières occupées principalement par Lippia nodifora, Pulicaria dysenterica, Xanthium strumarium, Carex fiaca, des massifs de Rubus ulmifolius et Vitex agnus castus et sont représentés par plusieurs faciès, les uns dominés par Diotis maritima, les autres par Retama monosperma bovei ou par Echinophora spinosa (espèce remaquable et rare) deux espèces rares sont à signaler : Matthiola incana et Calystegia soldanella.

Flore remarquable :

Les espèces rares selon la définition de Quezel et Santa (1966) représententl8% du total des espèces recensées à Béni-bélaïd, soit 20%. Certaines d’entre elles, considérées comme assez communes, sont en nette régression. Jeussiena repens, ornement de Béni-Bélaid, est signalée par Quezel et Santa (1966) pour la seule région d’Annaba, d’El Kala, où elle n’a jamais été observée. C’est le cas de quelques espèces dunaires comme Euphorbia peplis, Echinophora spinosa notée par les mêmes auteurs uniquement à El Kala et à Corso et non observées depuis. Plusieurs espèces considérées comme rares à l’échelle nationale trouvent leur optimum à Bém-Bélaïd, c’est le cas de Eryngium barreliera, Lippia nodiflora, Carexfllacca, Vitex agnus castus, Paspalum distichum et Apium crassipes.

Faune remarquable :

Le site de Béni-Bélaid présente une faune rare et particulière notamment par la présence dune avifaune riche et diversifiée comprenant plusieurs espèces rares : Porphyrio porphirio, Aythya nyroca ou peu communes comme Alcedo atthis, et Acrocephalus scirpaceus. Les espèces endémiques sont representées par Pseudophoxinus callensis, Barbus cal lensis, Ranaperezi, Bufo mauritanicus ou menacées et localisées telles que Emys orbicularis. D’odonates d’origine africotropicale qui constituent une faune relictuelle, Acisoma panorpoides ascalaphoides, Diplacodes lefebvrii, Trithemis annulata, Hydrocyrius columbae, Anisops sardea, Mesove lia vittigera. De la loutre (Lutra lutra) espèce rare à l’échelle internationale. Régime foncier/propriété : La zone humide proprement dite, le plan d’eau libre, la zone inondable et l’ancien lit de l’Oued El Kebir font partie du domaine public hydraulique, les maquis et la forêt humide ou ripisylve font partie du domaine forestier et sont, par conséquent, régis par le régime des forêts. Les riverains par une pratique ancestrale, bien que ne possédant pas d’acte de propriété, utilisent la zone inondable, en période estivale, pour une agriculture spéulative et un élevage bovin et ovin traditionnels.

Facteurs défavorables affectant les caractéristiques écologiques du site :

La pression anthropique reste la première menace de ce site, sous forme d’une utilisation irrationnelle de la ressource en eau du lac par le bais de pompage excessifs en période sèche et l’utilisation de cultures spéculatives et l’extension des terrains agricoles au détriment de formations naturelles qui renferment une grande diversité biologique.

Mesures de conservation en vigueur :

En raison de l’intérêt de ce site, les autorités locales ont mis en place un arrêté du Wali en date du 8 novembre 1997 interdisant toute activité néfaste, et classant le site en réserve naturelle. Direction Générale des Fôrets

Repost 0