Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Blog تعريف بالمدونة

  • : El Ancer.DZ العنصر جيجل
  • El Ancer.DZ  العنصر جيجل
  • : هده المدونة هي وسيلة تعريف بمنطقة العنصروقبائلها,وهي اداة تعارف و تواصل بين ابنائها القاطنين, اوالمنحدرين منها اينما وجدوا في ربوع هدا الوطن اوخارجه. Ce Blog est une fenetre sur la REGION D'EL ANCER et ses tribus,il est aussi un lien de connaissance et d'amitié entre tous les gens originaires de cette belle region.
  • Contact

SONDAGE pour confreres

Recherche

Articles Récents مواضيع المدونة الحديثة

  • تعالوا نتعلم كيف نقرأ التاريخ ؟؟
    مقال مهم : تعالوا نتعلم كيف نقرأ التاريخ ؟؟ د. محمد موسى الشريف الحمد لله رب العالمين، والصلاة والسلام على سيدنا محمد وآله وصحبه أجمعين، وبعد.. فمن المعلوم أن: - التاريخ هو تراث الأمة وكنزها. - وهو مقياس عظمتها في بابي الحضارة والثقافة. - وهو ديوانها...
  • اسماء جميلة لجداتنا تركتها بناتنا
    هده اسماء جميلة دات معاني اصيلة حملتها جداتنا في منطقة العنصر، و لكن بناتنا تركتها الى اسماء غريبة بدون معاني . اسماء الجدات الجميلة. شميسة الضاوية سعدة للوشة تركية وناسة علجية الهاينة نوارة دهبية فايزة يمونة الظريفة ام السعد عواشة غزالة طيوشة الطاوس...
  • L’IGNOBLE GENOCIDE D’EL AARCH DE BENI OUDJEHANE
    L’IGNOBLE GENOCIDE D’EL AARCH DE BENI OUDJEHANE PERPETRE PAR LES SANGUINAIRES BIGEARD ET MAURICE PAPON IGNORE PAR LES SIENS A L’INDEPENDANCE LETTRE OUVERTE A SON EXCELLENCE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Monsieur le Président J’ai l’honneur de vous écrire...
  • عيد مبارك للجميع
    كل عام و أنتم بخير
  • معركة الركابة البطولية ببني عيشة (سنة 1851) في داكرة سكان بلدية بوراوي بلهادف
    أقدمت جمعية الأمجاد للتاريخ و التراث لولاية جيجل و بالتنسيق مع المجلس الشعبي البلدي لبلدية بوراوي بلهادف على احياء الدكرى الخامسة و الستين بعد المائة و تنظيم ندوة تناولت معركة الركابة في قبيلة بني عيشة التي تصدى الأهالي فيها لحملة الجنرال دو سانت آرنو...
  • Mémoire du massacre d'Oudjehane en Algérie( 1956), retrouvailles des criminels à Marcillac (Gironde) 2016
    Les anciens soldats français de la 4eme Bcp( Les criminels qui ont commit le massacre de Beni Oudjehane, Algerie 1956 ) se préparent à des retrouvailles qu'ils ont l'habitude de féter chaque année dans une des communes française, et cela depuis 1996 ,...
  • Hommage a l'historienne Claire Mauss Copeaux
    Madame Vous etes venue chercher la verité enfui dans ce mechta oublié sous les ruines de ses maisons effendrés, dans les memoires de ses gens traumatisés, dans les blessures de ses hommes et femmes . Tout ça avec le courage d'une femme armée de sa sérénité...
  • A nos frères Aouatis de Chambery , petit bonjour
    Des Aouatis à ......Chambery Chambery, cette petite ville charmante, avec son calme , sa douceur, son charme , sa beauté; abritait depuis les années cinquante du siècle dernier une très importante communauté Arabe. Dans cette communauté Arabe, en trouve...
  • ادعاءات السيد بريلا ب.حول مجزرة بني وجهان سنة 1956
    لم يتوقف السيد بريلا( برلات) ب. عن الادعاء بأن المؤرخة كلار موس كوبو أوعزت سبب مجزرة بني وجهان الاستعمارية و التي تناولتها في كتابها (1) الي محاولة الاعتداء على فتاة من قبل عسكري و ان المؤرخة لم تقل الحقيقة عن سبب المجزرة ثم دعاني انا السيد نور الدي عمل...
  • Réponses de M .Nour aux commentaires de M .Brella B. sur le massacre de Beni Oudjehane
    Réponses de M .Nour aux commentaires de M .Brella B. sur le massacre de Beni Oudjehane brella • 09-25-2015 09:38 • La sortie du livre LA SOURCE Memoires d'un massacre Oudjehane 11 mai 1956 Voici le premier commentaire de M Brella ; monsieur nour, avez...

Texte Libre

مواضيع المدونة Articles Du Blog

Texte Libre

Texte Libre

16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 20:38

Un massacre de civils dans un village algérien en 1956 est le point de départ d’une enquête fondée sur des souvenirs convergents [2].

Ils ont commencé l’enquête chacun de leur côté : l’ancien appelé français, le voisin algérien et l’historienne. Chacun à leur manière, ils avaient été " à côté " de l’événement ; ils en avaient entendu parler. Ils ont uni leurs connaissances pour tenter de l’éclairer.

Cette entreprise originale, c’est Claire Mauss-Copeaux, l’historienne, qui l’a retranscrite dans un ouvrage provocateur. Au cœur du livre : le massacre, en partie prémédité, d’un village de la presqu’île de Collo, en Algérie, au printemps 1956, par l’armée française, le jour de l’Aïd es-Seghir. A ceux qui doutent encore de l’existence des violences multiples subies par les civils algériens dès le début de la guerre, cette étude apporte une mise au point édifiante, du vol d’objets lors des fouilles de maisons aux viols, en passant par la torture. Car, dans une région qui fut une base pour les troupes françaises, le massacre a été rendu possible par un climat général d’impunité et de mépris.

Violences autorisées

Pourtant, la portée provocatrice de l’ouvrage ne réside pas dans le sujet développé – même s’il déclenchera sans doute l’ire de ceux qui accordent encore du crédit à la version officielle d’une France pacificatrice en Algérie lors de simples " opérations de maintien de l’ordre " –, mais dans le choix de montrer un travail d’enquête en actes, appuyé presque exclusivement sur les mémoires des protagonistes, qu’il s’agisse des appelés français d’un côté ou des civils algériens de l’autre. Bien sûr, les archives sont exploitées et permettent de comprendre les circonstances de ce qui n’est pas un passage à l’acte individuel mais une action collective ayant mobilisé près de deux cents militaires français, et de renseigner sur le statut ambigu de ces violences autorisées, sans jamais être ordonnées par écrit. Mais le cœur du livre réside bien dans la mise à nu des mémoires divergentes de l’événement.

Car l’enquête auprès des témoins permet au lecteur de saisir la complexité de ce qui a pu se jouer là-bas. Incisive, la parole des victimes est désir de dire, de faire connaître. Ainsi, quand les femmes parlent, elles ne se contentent pas de livrer leur vision de l’intérieur du massacre, elles proclament leur autonomie d’action et leur volonté d’être considérées comme des actrices de l’histoire. En France aussi, les paroles doivent être resituées dans leur contexte d’énonciation. Du reste, les multiples décalages constatés entre les récits s’expliquent par la manière dont mémoire individuelle et mémoire du groupe combattant se sont combinées depuis plus de cinquante ans, entourant les morts français d’un voile d’intouchables mais laissant apparaître des questions sans réponse – que l’enquête réactive.

Car le travail de l’historienne se situe bien au milieu de ces mémoires ; elle construit et donne à voir, du même mouvement, l’événement et ses conséquences intimes. Et la provocation fondamentale est bien là : ne pas renoncer aux événements tus par les archives et affirmer, au contraire, que leur connaissance est possible, à condition d’assumer qu’ils ont marqué leurs contemporains et que dans leurs traces réside peut-être leur vérité ultime.

Raphaëlle Branche

Le Monde des livres du 15 novembre 2013.

Notes

[1] Claire Mauss-Copeaux, La Source. Mémoires d’un massacre : Oudjehane, 11 mai 1956, éd. Payot, septembre 2013, 224 p., 22 €.

L’ouvrage a déjà été présenté par Michel Mathiot,

Signalons, du même auteur, la parution en poche de Algérie, 20 août 1955. Insurrection, répression, massacres, Payot, Petite Bibliothèque Payot, 336 p., 10,65 €.

[2] Article paru dans Le Monde des livres du 15 novembre 2013.

Partager cet article

Repost 0

commentaires