Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Blog تعريف بالمدونة

  • : El Ancer.DZ العنصر جيجل
  • El Ancer.DZ  العنصر جيجل
  • : هده المدونة هي وسيلة تعريف بمنطقة العنصروقبائلها,وهي اداة تعارف و تواصل بين ابنائها القاطنين, اوالمنحدرين منها اينما وجدوا في ربوع هدا الوطن اوخارجه. Ce Blog est une fenetre sur la REGION D'EL ANCER et ses tribus,il est aussi un lien de connaissance et d'amitié entre tous les gens originaires de cette belle region.
  • Contact

SONDAGE pour confreres

Recherche

Articles Récents مواضيع المدونة الحديثة

  • تعالوا نتعلم كيف نقرأ التاريخ ؟؟
    مقال مهم : تعالوا نتعلم كيف نقرأ التاريخ ؟؟ د. محمد موسى الشريف الحمد لله رب العالمين، والصلاة والسلام على سيدنا محمد وآله وصحبه أجمعين، وبعد.. فمن المعلوم أن: - التاريخ هو تراث الأمة وكنزها. - وهو مقياس عظمتها في بابي الحضارة والثقافة. - وهو ديوانها...
  • اسماء جميلة لجداتنا تركتها بناتنا
    هده اسماء جميلة دات معاني اصيلة حملتها جداتنا في منطقة العنصر، و لكن بناتنا تركتها الى اسماء غريبة بدون معاني . اسماء الجدات الجميلة. شميسة الضاوية سعدة للوشة تركية وناسة علجية الهاينة نوارة دهبية فايزة يمونة الظريفة ام السعد عواشة غزالة طيوشة الطاوس...
  • L’IGNOBLE GENOCIDE D’EL AARCH DE BENI OUDJEHANE
    L’IGNOBLE GENOCIDE D’EL AARCH DE BENI OUDJEHANE PERPETRE PAR LES SANGUINAIRES BIGEARD ET MAURICE PAPON IGNORE PAR LES SIENS A L’INDEPENDANCE LETTRE OUVERTE A SON EXCELLENCE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Monsieur le Président J’ai l’honneur de vous écrire...
  • عيد مبارك للجميع
    كل عام و أنتم بخير
  • معركة الركابة البطولية ببني عيشة (سنة 1851) في داكرة سكان بلدية بوراوي بلهادف
    أقدمت جمعية الأمجاد للتاريخ و التراث لولاية جيجل و بالتنسيق مع المجلس الشعبي البلدي لبلدية بوراوي بلهادف على احياء الدكرى الخامسة و الستين بعد المائة و تنظيم ندوة تناولت معركة الركابة في قبيلة بني عيشة التي تصدى الأهالي فيها لحملة الجنرال دو سانت آرنو...
  • Mémoire du massacre d'Oudjehane en Algérie( 1956), retrouvailles des criminels à Marcillac (Gironde) 2016
    Les anciens soldats français de la 4eme Bcp( Les criminels qui ont commit le massacre de Beni Oudjehane, Algerie 1956 ) se préparent à des retrouvailles qu'ils ont l'habitude de féter chaque année dans une des communes française, et cela depuis 1996 ,...
  • Hommage a l'historienne Claire Mauss Copeaux
    Madame Vous etes venue chercher la verité enfui dans ce mechta oublié sous les ruines de ses maisons effendrés, dans les memoires de ses gens traumatisés, dans les blessures de ses hommes et femmes . Tout ça avec le courage d'une femme armée de sa sérénité...
  • A nos frères Aouatis de Chambery , petit bonjour
    Des Aouatis à ......Chambery Chambery, cette petite ville charmante, avec son calme , sa douceur, son charme , sa beauté; abritait depuis les années cinquante du siècle dernier une très importante communauté Arabe. Dans cette communauté Arabe, en trouve...
  • ادعاءات السيد بريلا ب.حول مجزرة بني وجهان سنة 1956
    لم يتوقف السيد بريلا( برلات) ب. عن الادعاء بأن المؤرخة كلار موس كوبو أوعزت سبب مجزرة بني وجهان الاستعمارية و التي تناولتها في كتابها (1) الي محاولة الاعتداء على فتاة من قبل عسكري و ان المؤرخة لم تقل الحقيقة عن سبب المجزرة ثم دعاني انا السيد نور الدي عمل...
  • Réponses de M .Nour aux commentaires de M .Brella B. sur le massacre de Beni Oudjehane
    Réponses de M .Nour aux commentaires de M .Brella B. sur le massacre de Beni Oudjehane brella • 09-25-2015 09:38 • La sortie du livre LA SOURCE Memoires d'un massacre Oudjehane 11 mai 1956 Voici le premier commentaire de M Brella ; monsieur nour, avez...

Texte Libre

مواضيع المدونة Articles Du Blog

Texte Libre

Texte Libre

15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 20:26

 

Menée en Algérie par les Français, la guerre coloniale a été marquée par de nombreuses violences contre la population civile algérienne, accusée de soutenir les nationalistes.
Les responsables ont tenté de les dissimuler, de les effacer ou de les nier. Mais est-il possible d’oublier ce qui s’est passé à Oudjehane ? Dans ce hameau de la presqu’île de Collo, le 11 mai 1956, plus de 70 personnes, des hommes, des femmes et des enfants, ont été massacrées par des soldats du 4e BCP.

Soixante ans après les faits, André, un vétéran a tenté de savoir. En menant ses recherches sur la Toile, il a rencontré Nour un proche des massacrés préoccupé lui aussi par l’histoire d’Oudjehane. Nour a accepté le dialogue que lui proposait André. Depuis leur rive, ils ont discuté, échangé leurs découvertes et leurs interrogations. Informée par André, l’historienne Claire Mauss-Copeaux les a rejoints. Elle a enquêté auprès des témoins en France et en Algérie. En Algérie, des survivants l’ont accueillie et accompagnée jusqu’aux ruines du hameau. Ce livre, dédié aux gens d’Oudjehane, est aussi l’histoire d’une rencontre et d’un cheminement accompli ensemble vers ce matin tragique du mois de mai 1956.

Claire Mauss-Copeaux, historienne de la guerre d’Algérie et des violences de guerre, est l’auteur d’un livre pionnier devenu un classique : Appelés d’Algérie, la parole confisquée [1]. Comme quelques autres, elle pense que si l’historien doit décrire les faits, il ne peut pas occulter les malheurs qui les ont accompagnés et les souffrances qu’ils continuent de provoquer.

 

 

Claire Mauss-Copeaux, La source. Mémoires d’un massacre : Oudjehane, 11 mai 1956, éd. Payot, 224 pages, 11 septembre 2013, 22 euros

Bonne Feuille : le Prologue © Payot

Nour :
« Ce matin de mai, comme les autres matins, la jeune fille débouchait du sentier qui menait à la source. D’un buisson, un soldat a surgi, il a couru vers elle. Elle a posé sa cruche a ses côtés et lui a fait face. Elle était très belle. Le soldat l’a renversée.
Elle a hurlé. Depuis sa maison, son père l’a entendue et s’est précipité à son secours. Il s’est jeté sur le soldat, l’immobilisant à terre. D’autres soldats sont arrivés, ils ont essayé de dégager leur camarade, mais le père le maintenait avec la force du désespoir. Un soldat a tiré un coup de fusil, c’était un coup à bout portant. Il a tué le père, mais la balle l’a traversé pour finir sa course dans le corps du soldat. Il est mort lui aussi.
C’est comme cela que le massacre des habitants de la mechta a commencé… »

René, agriculteur, appelé au 4e BCP, 1re compagnie, 3e section :
« On est monté à Oudjehane. Le capitaine Rouleau a dit : “Vous ramenez tous les hommes”. On venait pour ramasser les hommes, pour parler avec eux… On venait pour donner du chocolat aux petits bougnoules et on s’est fait tirer dessus. Le capitaine Rouleau a dit alors : “Tuez tous les gars”. »

La Dépêche de Constantine du 12 et 13 mai 1956 :
« Brillant succès des forces de Pacification
Alors qu’elle effectuait une opération de contrôle dans une mechta du douar d’El Ancer, une section de parachutistes a été attaquée par une bande rebelle appuyée par la population. Le combat a été très violent, allant jusqu’au corps à corps. Les militaires ont eu un tué et un blessé, 79 rebelles ont été abattus. »

André, professeur, appelé au 4e BCP, 3e compagnie, responsable de l’ordinaire :
« Les copains sont rentrés d’opération. Ils n’ont rien dit. Quand j’ai lu La Dépêche de Constantine le surlendemain, quand j’ai vu qu’aucune arme n’avait été récupérée, j’ai tout de suite pensé à un massacre. Depuis j’ai cherché à savoir… »

« la source – mémoires d’un massacre : Oudjehane, 11 mai 1956 », par Claire Mauss-Copeaux

 


article de la rubrique les deux rives de la Méditerranée > jours de guerre 
date de publication : jeudi 12 septembre 2013

Notes

[1] Appelés en Algérie : La parole confisquée, éd. Hachette, collection Poche pluriel.

A signaler également, sur les “événements” d’août 1955 à Philippeville-Skikda : Claire Mauss-Copeaux, Algérie, 20 août 1955, publié au format poche dans la collection Petite Bibliothèque Payot.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

soufi luisa 21/04/2014 20:01

Etant descendante des Béni oujhane c'est pas seulement un endroit, merci de bien vouloir me faire lire votre ouvrage. car cela m'étonnerait que vous ayez vu les survivants, notamment les filles de ce que l'on nomme chez nous"jédi saad". J'ai la version de ma mère et ma cousine qui sont véridiques, j'aimerai voir ce que vous avez noté. Avant de prendre des initiatives, demandez l'autorisation aux gens concernés.

Betina Messaoud 04/12/2015 00:15

Non je ne partage pas du tout le point de vue Belkis brella qui doit savoir que Madame Mauss est une honnête historienne qui fait son travail en déployant beaucoup d'effort.
Son livre me paraît honnête et logique, Madame Mauss n' a rien à cacher, elle n'as pas vécu Elle même cette guerre.
Il ne faut pas confondre l'armée coloniale ses crimes et la censure imposée par elle sur ce qui se passait en Algerie et le peuple de France qui dans sa large majorité était opposé à cette guerre et il l.a manifesté en votant massivement à toutes les occasions pour les partis qui voulaient arrêter la guerre D'Algerie de 1956 à 1962 .